mardi 4 décembre 2018

Exposition ICC Allemagne 2018

Cette année, nous n'avons pas pu visiter l'exposition ICC Allemagne. Une vidéo circulant sur youtube nous démontre cependant encore une fois le manque de rigueur des organisateurs et des éleveurs quant aux espèces de tarins réellement détenues en Allemagne. Alors ok, parfois on aime se faire mousser mais là, ils poussent le bouchon un peu loin. Ceci dit, il y a aussi de bons oiseaux et de réelles raretés, cette démonstration ne concerne évidemment pas tous les éleveurs.

LE TARIN À VENTRE JAUNE SOUS-ESPÈCE STEJNEGERI

Ce couple est présenté comme étant Carduelis xanthogastra stejnegeri. Malheureusement, la couleur foncée de la gorge de la femelle démontre qu'il s'agit d'un hybride de tarin noir x tarin à ventre jaune comme on en voit si souvent. Il y a 3 ans de cela, l'Italie en regorgeait et exceptés les revendeurs, nul ne se cachait pour expliquer la provenance de cet oiseau. Pourquoi montrer un hybride sous une appellation erronée me demanderez vous? Bien souvent juste pour se faire du fric. D'une tristesse infinie! Cliquez ici pour voir un hybride xantho x atrata que j'ai moi même acheté pour quelques dizaines d'euros à peine afin de faire des photos et de mettre en évidence les petites magouilles dont fait l'objet cette soit disante variété.

Photo prise à La Paz / Bolivie et représentant Carduelis xanthogastra stejnegeri. Cette sous-espèce est rare en milieu naturel.


LE TARIN DES ANDES, CARDUELIS SPINESCENS


Ce couple ci a été présenté comme étant des tarins des Andes... mon Dieu! Il s'agit ni plus, ni moins que de tarins barbus de mauvaise facture, peut être d'hybrides de tarins barbus. Encore une fois, on aime se faire mousser à l'ICC. Je suis tellement désolé de critiquer mais non, non et non! On se doit absolument de montrer la réalité et la seule réalité. On parle ici de passion, ne nous laissons pas bouffer pour une bête histoire de pognon!

Cette photo représente un mâle tarin andin. L'espèce est courante dans sa zone de distribution. Le prochain article traitera de toutes les espèces de tarins avec photographies dans leurs milieux naturels respectifs. Ça promet!

LE TARIN MAGELLAN SOUS-ESPÈCE URUBAMBENSIS

Alors toucher à mon espèce fétiche, ça ne le fait vraiment pas! Une photo valant mille mots que je vous épargnerai ici... je vous laisse comparer ;)

Carduelis magellanica urubambensis

Je me suis permis cet article car la personne ayant publié la vidéo sur youtube a effacé mon message (très cordial soit dit en passant) à deux reprises pour je ne sais quelle raison. Bref!

Mit freundlichen Grüßen,
Jonathan Hoy (+33) 0679202578

1 commentaire:

  1. Quoi qu'on ne veuille pas l'admettre La sous espèce Stejnegeri n'est finalement pas très commune du fait qu'il s'agit tout simplement de l'hybridation naturelle dans leurs aires de répartitions entre C. xanthogastra et C. atrata ou inversement ( tarin noir X tarin a ventre jaune)
    Une espèce qui habite les départements de La Paz et de Santa Cruz en Bolivie. Cette sous-espèce, avec ses 12 cm à 13 cm, est considérablement plus grande que la forme nominative. Ils ont aussi un bec plus long. Les femelles sont nettement plus foncées sur la poitrine, tandis que les mâles ont une tache jaune plus large et plus large à la base des plumes de vol. Chez les mâles, les grandes couvertures des ailes ont des extrémités blanches et les broches extérieures des bras sont légèrement blanchâtres. Les parties de plumes noires sur les côtés de la poitrine sont plus étendues qu'avec la forme nominale. Les parties, y compris les cuisses, sont plus claires ou plus jaunes. Les femelles sont légèrement plus mates de couleur olive, les grandes couvertures alaires ont des extrémités jaunes. La gorge et le haut de la poitrine sont olive mate à jaune verdâtre.

    RépondreSupprimer