mardi 25 septembre 2018

Tarin noir de Bolivie femelle

Photographie représentant une femelle tarin noir de Bolivie, Carduelis atrata

Acquis auprès d'un éleveur allemand des plus réputés, ils s'avèrera que la bague de cet oiseau a été trafiquée. La faute m'incombe de ne pas avoir vérifié mais je ne pensais pas que des jeunes passionnés pouvaient encore tomber aussi bas. Cet éleveur a feinté ne pas comprendre comment cette bague a pu être coupée. Il a proposé de me vendre un autre oiseau à bon prix ou de me l'échanger. À moi les joies de lâcher de l'argent et de me coltiner les quelques 300km qui nous séparent. La très bonne blague! Je suspecte que la femelle est plus âgée que ce que la bague était censée faire croire. L'oiseau en question a été placé chez un ami qui a été informé du problème.

Cette histoire me rappelle l'achat de mes premiers tarins noirs en 2007 chez un "éleveur" des Hauts-de-France. Tellement de kilomètres parcourus vers le nord pour se voir refiler 3 oiseaux sur 4 avec des bagues trafiquées. À l'époque de l'import, nul doute que les oiseaux étaient simplement des sujets sauvages achetés à bas prix et revendus plein pot.

L'autre "arnaque" classique avec le tarin noir est de vendre des bébés de quelques semaines afin de se débarrasser du risque de mortalité important. On retrouve cette même entourloupe chez d'autres oiseaux au plumage uni tels que le tarin de Magellan albinos (communément appelé lutino). Soyez donc vigilants et contrôlez toujours les bagues car les filous ne manquent pas et n'hésiterons pas à vous arnaquer pour quelques centaines d'euros.

Photos : Hoy Jonathan / (+33) 0679202578

1 commentaire: