jeudi 21 décembre 2017

Internationaler Cardueliden Club 2017

Visite à l'ICC Allemagne 2017, par Florent Trombini
Plus de quatre heures de route pour arriver dans le local de l'exposition. Cette année, l'ICC s'est déroulé chez Matthias Blattner... le père des fameux mélanges de semences pour tarins américains. Sur place, des passionnés allemands, italiens et espagnols étaient présents. Cependant, très peu de français ont répondu à l'appel. Nous étions tout juste trois et une délégation ICC France a fait le déplacement pour la forme. La première visite commence par le dépôt Blattner, beaucoup de matériel et de graines sont proposés à la vente mais les prix sont élevés par rapport à la France. 


La bourse
La bourse ouvrira ses portes un peu plus tard, la salle est petite pour ce genre de rassemblement. Tout juste cinq étagères remplies des deux côtés étaient installées. Nous cherchions quelques tarins rouges ce jour, malheureusement, il n'y avait pas plus de 6 couples et les femelles étaient très marquées de rouge sur le dos... précisément ce que nous écartons de notre sélection. Il y avait également quatre couples de tarins de Magellan classiques dont un était exceptionnel. Il trouva rapidement sa place dans l'une de nos caisses. La fête était aux très gros chardonnerets classiques et mutants cette année et les tarifs étaient relativement accessibles. Cependant, nous ne sommes pas venus pour ça. Une belle surprise nous attendais également, il y avait un trio (1,2) de tarins de Haïti. C'est la première fois que peux admirer cette variété. Les sujets étaient de très belle qualité mais comme bien souvent le prix n'était pas indiqué. En général, dès que ça commence à piquer, le prix est discrètement annoncé à l'oreille. Énormément de verdiers, bec-croisés, bouvreuils et cardinaux rouges étaient représentés.

Tarin à ventre jaune couple - Carduelis xanthogastra

Tarin de Yarrell couple - Carduelis yarrellii

Tarin des Andes couple - Carduelis spinescens

Tarin de Haïti couple - Carduelis dominicensis

Tarin à poitrine noire classique et topaze - Carduelis notata

Tarin barbu mâle - Carduelis barbata

Tarin triste - Carduelis tristis

Tarin des pins - Carduelis pinus

Tarin noir de Bolivie - Carduelis atrata

Tarin de Lawrence mâles - Carduelis lawrencei

L'exposition
L'exposition d'un ICC est généralement une belle découverte avec des variétés incroyables et des sujets de très belle qualité. Pour l'ICC Allemagne, pas de jugements au programme. Au maximum, un seul couple de chaque variété est présent pour le plaisir des yeux. Il y avait des tarins à poitrine noire classique et topaze, des tarins à ventre jaune, des tarins de Yarrell, des tarins de Haïti, des tarins de Lawrence, des tarins des Andes, des tarins barbus, des tarins des pins, du très gros tarin noir de Bolivie et mon coup de coeur plusieurs variétés de tarins mineurs à dos noir ainsi que des tarins mineurs à dos verts. Bref, une très belle exposition. Je vous invite à regarder les photos pour vous rendre compte de la diversité des oiseaux présents ce jour.

Tarin mineur à dos vert couple - Carduelis psaltria hesperophila

Tarin mineur du Mexique couple - Carduelis psaltria psaltria

Petit tarin mineur couple - Carduelis psaltria jouyii

Tarin mineur de Colombie couple - Carduelis psaltria columbiana

Conclusion
La bourse est à revoir car beaucoup trop petite et une chaleur intenable dans la salle une fois les visiteurs à l'intérieur. Une exposition/présentation au top avec des variétés rares. Des tarins rouges de plus en plus fautifs car dégradés par tous les apports de sang d'autres espèces dans le seul but d'y introduire des mutations de couleurs. Nous attendons cependant avec impatience l'ICC Allemagne 2018 qui sera, semble t-il, modifié selon nos sources.

Présentés comme couple de grands tarins à ventre jaune - Carduelis xanthogastra stejnegeri. Il semble plus probable qu'il s'agisse d'hybrides C.xanthogastra x C.atrata

Texte et photos : Florent Trombini
Présent sur place avec Nicolas Hoy & Slim

1 commentaire:

  1. Quoi qu'on en dise la sous espèce Stejnegeri n'est fait que l'hybridation naturelle dans leurs aires de répartitions entre C. xanthogastra et C. atratus ou inversement.

    RépondreSupprimer